ÉVéNEMENTS

18 juin 2017 : un dimanche à Vaux-le-Vicomte

18 juin 2017

Mais qui nous a tendu ce piège, ce dimanche 18 juin ? Presque tout le monde était arrivé presque à l’heure, presque tous les billets étaient disponibles à presque plein tarif, notre guide Christel nous attendait déjà, le soleil brillait tranquillement dans un ciel totalement bleu roi (ahhh… c’est peut-être ça ! Le Soleil ! Le bleu…le Roi) : tout annonçait pourtant une superbe sortie dans ce magnifique domaine de Vaux-le-Vicomte.

Christel nous avait raconté dans ses grandes lignes l’histoire de ce château et terminait avec la disgrâce de ce malheureux Nicolas Fouquet finalement arrêté en 1661 par son ami d’Artagnan, sur l’ordre de Louis XIV, moins de trois semaines après la somptueuse fête donnée en son honneur …

Ouuppps : une armée de mousquetaires fonce sur nous avant la fin de la phrase. Non… ils ne sont que trois, nous sommes dix-sept… nous devrons donc avoir une chance de nous en sortir : tant pis pour les tomates, le camembert, les melons et la sauce salade du pique-nique qui volent déjà, nous nous défendons ! Je vous passe les détails de cette bataille : nous avons perdu, et c’est sous la surveillance serrée des trois mousquetaires valides que nous sommes forcés à visiter le château.

1_les trois mousquetaires

Première étape, la vue à travers le château : à chaque marche montée depuis la Cour d’Honneur – la vue traversant le vestibule et le salon en rotonde – on découvre un peu plus les magnifiques jardins, à travers une série de portes vitrées. Tout à l’heure, lorsque nous descendrons, sous bonne garde, du château vers les jardins, ce sera de nouveau un délice pour les yeux : nous découvrirons des éléments invisibles du château, tels que le Miroir d’Eau, les Petits Canaux et le Grand Canal… merci André (Le Nôtre) !

“Cherchez l’écureuil” (le fouquet, en patois) : voilà le fil rouge de la visite proposé par Christel pour une observation minutieuse et ludique des décorations (frises en particulier) des multiples chambres visitées. Leur dénombrement n’a pas été possible… est-ce cette prétention déguisée en écureuil, écureuils qu’il aurait  bien souhaité remplacer par des soleils, qui n’a pas plu à Louis XIV ? Apparemment, il n’y aurait pas que cela : le sort de Nicolas Fouquet avait été scellé bien avant.

Appartement du roi (anti-chambre, chambre, cabinet), appartement de Nicolas Fouquet, et à l’étage les appartements de Mme et de M. Fouquet : sol, murs, plafond, mobilier… tout était admirable ! Au sous-sol, visite des cuisines et de la salle de repas du personnel.

2_Les appartements

C’est tout naturellement, ensuite, que nos gardiens, eux-mêmes affamés, nous emmenèrent vers le jardin pour déjeuner. Nous avons craint le pire ; mais nous fûmes autorisés à nous restaurer sur l’herbe à l’ombre de quelques arbres, avec les restes du pique-nique. La bonne humeur revint et, lorsque les trois mousquetaires s’endormirent un peu à l’écart, quelques bonnes bouteilles se mirent même à circuler et le groupe se déclara unanimement enchanté par cette journée !

3_les jardins

4_pique-nique

Texte : Stefan Drawin