Témoignages

Dr. Georg DIETZE

“Ayant défendu ma thèse de doctorat à l’Université de Technologie d’Aix-la-Chapelle (RWTH-Aachen) en 2010 et décidé à entamer une carrière dans la recherche scientifique, j’ai soumis la même année une demande de financement pour une bourse postdoctorale d’un an auprès du DAAD. Le choix de la destination : Paris (!), ou plutôt sa région, plus précisément Orsay…

Ayant défendu ma thèse de doctorat à l’Université de Technologie d’Aix-la-Chapelle (RWTH-Aachen) en 2010 et décidé à entamer une carrière dans la recherche scientifique, j’ai soumis la même année une demande de financement pour une bourse postdoctorale d’un an auprès du DAAD. Le choix de la destination : Paris (!), ou plutôt sa région, plus précisément Orsay. Là, dans le vert de la vallée de la Chevreuse, se trouve le Laboratoire FAST, une unité mixte de recherche du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) sous cotutelle des Universités Pierre et Marie Curie et Paris Sud. Mon choix avait été motivé par deux aspects. Premièrement, je voulais collaborer avec un chercheur renommé travaillant au sein de ce laboratoire, qui était partant pour élaborer un projet de recherche avec moi. Deuxièmement, une forte attraction pour la ville de Paris, née lors d’un stage d’entreprise que j’y avais effectué pendant mes études d’ingénieur à l’RWTH-Aachen. La bourse DAAD m’a été attribuée et je suis arrivé à Orsay en Juin 2011.

Mon séjour postdoctoral s’est immédiatement révélé riche en instruction et productivité scientifiques, un aspect particulier étant l’intégration de mes travaux sur la « modélisation de la dynamique d’un film liquide en interaction avec un écoulement de gaz » dans un Groupe de Recherche du CNRS. Ce groupe, réunissant une vingtaine de laboratoires, principalement Français, autour d’une thématique ciblée, se réunissait plusieurs fois par an, ce qui m’a permis de découvrir les centres de congrès et de loisir du Comité d’Action et d’Entraide Sociales (CAES) du CNRS, situés dans des endroits idylliques comme par exemple Aussois (Haute-Savoie) ou Fréjus (Côte d’Azur). Par ailleurs, le passage de professeurs invités au laboratoire FAST pendant mon séjour m’a permis de nouer de nouveaux contacts internationaux. En parallèle, j’ai développé pendant cette période un intérêt sincère pour le système Français d’éducation supérieure et de recherche avec ses grandes écoles, ses universités riches en tradition (dont 13 à Paris) et bien sûr, le CNRS.

Suite à ce bon déroulement de mon séjour, mon hôte et moi avons décidé de prolonger notre collaboration en sollicitant un renouvellement de la bourse DAAD, qui m’a été accordé pour une durée additionnelle de neuf mois. Ceci nous a permis de conclure notre projet de recherche et notamment de publier les résultats principaux. Entre temps, avec l’appui de mon laboratoire d’accueil, j’ai postulé pour un poste de Chargé de Recherche au concours chercheurs du CNRS. Ayant, à ma grande joie, réussi ce concours, j’ai obtenu un poste permanent au Laboratoire FAST, ce qui a permis une transition parfaite à l’issue de mon Postdoc DAAD.

Par ailleurs, un développement moins scientifique mais pas moins agréable s’est produit lors des deniers mois de mon statut de boursier DAAD avec la création de l’association des anciens du DAAD rattachés au bureau Parisien, dont ce témoignage fait objet. Dans ce contexte, une série d’évènements a été organisée, ce qui m’a par exemple permis d’assister à la séance d’ouverture de la semaine franco-allemande de la science et des alumni à l’Institut de France. Cela m’a fait prendre conscience de l’étendue de l’amitié franco-allemande qui m’a toujours été chère et que je vis concrètement depuis mon arrivée en France.

Discipline : Sciences de l’ingénieur, mécanique des fluides
Type de bourse : Postdoc
Période : 01/06/2011 > 28/02/2013
Laboratoire d’accueil : Laboratoire FAST (CNRS, UPMC, UPS)